Skip to content Skip to navigation

Covid-19 a changé le comportement d'achat des Belges

La haute école Thomas More et Comeos, la fédération du commerce et des services, ont interrogé plus de 3.000 consommateurs entre le 30 avril et le 10 mai 2020 (avant la réouverture du secteur non-food) concernant l’impact du COVID-19 sur leur comportement d’achat. Il en ressort que le comportement d’achat des Belges a fortement changé. Ainsi, 30% des consommateurs achèteront plus en ligne à l’avenir. Dans toutes les catégories d’âge et pour quasiment tous les groupes de produits, nous trouvons des consommateurs qui ont acheté pour la première fois en ligne. Les groupes des first-time buyers est le plus important parmi les plus de 60 ans. Fait marquant, 50 % des 61 à 70 ans ont acheté des fleurs ou des plantes pour la première fois en ligne. Les produits de cette catégorie sont achetés par tous les groupes d’âge davantage en ligne qu’avant la crise. 71% des consommateurs ont continué à effectuer des achats auprès de leurs commerçants (en ligne/hors ligne) habituels, tandis que 44% indiquent avoir recherché de manière ciblée des commerçants possédant un magasin physique. 30% vont continuer à acheter davantage en ligne à l’avenir. 87% comprennent parfaitement que les délais de livraison soient actuellement un peu plus long. 23% ont l’intention de se rendre dans les magasins physiques des enseignes qu’ils ont découvertes en ligne durant la période concernée. 73% des consommateurs interrogés connaissent les commerçants qui ont commencé des activités en ligne durant le confinement.

54% des consommateurs ont confiance dans les mesures d’hygiène renforcées qui sont imposées dans les magasins physiques. Les consommateurs indiquent vouloir acheter davantage dans les magasins de proximité locaux et éviter les centres commerciaux. 42% des consommateurs préfèrent ne pas essayer des chaussures ou vêtements dans un magasin. À noter que ce pourcentage est sensiblement plus faibles dans le groupe des plus de 60 ans. En Wallonie, ce pourcentage est plus élevé qu’en Flandre et à Bruxelles. Un peu plus de la moitié des répondants (52 %) est convaincue que notre façon de faire du shopping ne sera plus jamais comme avant le coronavirus. La crise du coronavirus a eu un effet sensible et immédiat sur notre comportement d’achat. Il sera particulièrement intéressant de voir lesquelles de ces habitudes vont persister. Thomas More et Comeos réitèreront cette enquête dans le futur pour voir si nous allons revenir à nos anciens modes d’achat ou si nous avons adopté de nouvelles habitudes.